Chili con carne con riz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chili con carne con riz

Message  koidi ? le Lun 21 Nov 2005 - 3:43

http://www.geocities.com/arnheim8/bazar/cuisinier_apocalypse.htm
Kundïn, le cuisinier de l’Apocalypse, présente :

Recettes amphigouriques

Vous n’avez jamais cuisiné de votre vie un machin plus éllaboré qu’un œuf au plat ? Vous aimez prendre des risques et faire des trucs débiles qu’on ne vous aurait jamais autorisé a faire durant votre enfance ? Vous etes prêt a avaler le produit de vos propres aberrations culinaires ? Alors cette page est faite pour vous ! Kundïn, le Cuisinier de l’Apocalypse, vous livre ici ses recettes les plus amphigouriques ! Et tant pis si vous n’avez pas de dictionnaire sous la main.


Chili con carne con riz (au sucre)


Pour préparer cette premiere recette, vous avez besoin de :

- La cuisine ! De préférence, a un moment ou votre mere ou compagne est de sortie pour les trois prochaines heures. Il faut en effet compter une heure et demie de préparation et une heure et demie de réparations.

- Tous les ustensiles que vous pourrez y trouver. Il faudra au moins un couteau, plusieurs casseroles (de deux a quatre ou cinq selon votre habileté), une planche a découper, un égouttoir, une cuillere en bois, un ouvre-boite, un extincteur et d’autres trucs. On verra plus tard.

- Les ingrédients suivants sont également requis : du riz en quantité suffisante, un poivron vert ou rouge selon l’humeur, du concentré de tomate, une boite de tomates pelées, du sucre, de la farine, de l’ail (au moins deux gousses) (vous apprendrez plus tard comment distinguer une gousse d’une tete d’ail, c’est pas urgent), de la viande de boeuf hachée (deux ou trois poignées par personne selon l’appétit de la personne en question et la taille de votre main), une boite de haricots rouges, de l’huile d’olive, un oignon (les machins blancs qui font pleurer quand on les coupe), du poivre, du sel, des épices diverses et variées, sortez tout du placard et vous trierez plus tard.

- Une assurance-vie en cours de validité.

- Une décharge de non-responsabilité de l’auteur de ce site dans les événements qui vont suivre.


Etape 1 : Invocation au dieu des cuisines et sacrifice rituel.

Commencez par revetir la tunique de cérémonie appropriée, un tablier avec certainement un dessin a la con dessus. Prenez le plus grand couteau que vous pourrez trouver, ou un truc tres impressionnant, coupant et pointu si vous en avez (un hachoir de boucher serait parfait). Placez la planche a découper sur la table, l’oignon sur la planche a découper, levez les bras au ciel et entonnez l’incantation suivante :

« O GRAND MOULYNEX, DIEU DES CUISINES ET PROTECTEUR DES INCONSCIENTS, ACCORDE-MOI TON ATTENTION ET PROTEGE-MOI DES BRULURES, COUPURES, SALISSURES ET INDIGESTURES. EN ECHANGE JE T’OFFRE EN SACRIFICE CE SUCCULENT OIGNON DONT JE TE GARDERAI LES MEILLEURS MORCEAUX, PROMIS-JURE. GRASSE TE SOIT RENDUE. »

(Grasse étant la femme de Moulynex dans la mythologie khroumirienne, enlevée a son mari par le félon Weytwatcheur, dieu des diététiciens.)

A la fin de l’invocation, abattez votre instrument sur l’oignon dans un geste théatral, en visant bien droit si possible de facon a le couper en deux. Ne tenez pas l’oignon, on ne sait jamais. Si vous ratez la table il y a des chances pour que vous ne ratiez pas votre jambe : dans ce cas, cela signifie que Moulynex vous est défavorable. Il vaut mieux remettre le repas a plus tard et appeler les urgences.

La cérémonie est terminée. Vous pouvez ramasser le morceau d’oignon qui a volé dans les airs, le nettoyer et le remettre sur la planche a découper.


Etape 2 : Préparation des ingrédients.

Il va maintenant falloir faire preuve de sang-froid, tout en ne le répandant pas dans toute la cuisine si possible. Continuez sur l’oignon : enlevez les parties réservées a Moulynex (la peau et les deux extrémités) et mettez-les dans son autel ou sinon le dieu ne sera pas content et en plus ca sera dégueulasse. L’autel de Moulynex est en général un sac estampillé « Leclerc » ou « Carrefour » ou « Mammouth » ou quelque autre nom de divinité subalterne, et se trouve souvent sous l’évier. Il est en général rempli de déchets divers. Les possesseurs de chiens noteront avec amertume que leur clébard n’aime pas les épluchures d’oignon, sauf exception.

Une fois que vous avez rendu son dû au dieu, découpez sauvagement l’oignon en petits, tout petits morceaux. Enfin pas trop quand meme. Evitez de faire le zouave en vous la jouant grand cuisinier qui découpe plus vite que son ombre, car vous ne réussirez qu’a découper le bout de votre doigt, ca pissera le sang, et le sang humain donne un gout dégueu au chili.

Mettez les morceaux d’oignon de coté, prenez les gousses d’ail. Le moment est venu de vous révéler le secret des aulx : une gousse d’ail est un des petits machins qui se trouve dans une tete d’ail, truc plus gros qu’on achete tel quel par trois ou quatre. Vous savez tout, loué soit Moulynex.

Prenez deux gousses d’ail, et pour chacune d’entre elle enlevez la peau afin qu’apparaisse dans sa puante nudité la gousse fraiche et virginale. Prenez en main cette petite chose difforme : vos doigts sentiront l’ail pour au moins deux jours maintenant. Si vous disposez d’un presse-ail (ca ressemble a un casse-noix sauf qu’il y a un réceptacle pour mettre la gousse d’ail avec de petits trous pour réduire la gousse en petits morceaux), utilisez-le. Sinon, vous etes bon pour couper l’ail a la main, en tout petit petit petit petit, plus petit que l’oignon en tout cas.

Allez, pour pas perdre de temps, foutez une casserole sur le feu, un peu d’huile d’olive au fond et mettez l’ail dedans pendant que vous couperez le poivron.

Coupez le poivron en deux, puis encore en deux. Enlevez le machin blanc au centre et virez les pépins, a moins que vous aimiez les retrouver deux jours plus tard dans votre caca. Coupez des lamelles dans le sens de la longueur, puis coupez les lamelles en petits dés (meme taille que l’oignon).

Vous trouvez pas que ca sent le brulé ? Et merde, c’est l’ail ! Virez la casserole du feu, et foutez l’ail brulé dans le premier récipient qui vous tombe sous la main. Remplacez l’ail par l’oignon, et la prochaine fois ne confondez pas les deux.

Pendant que l’oignon cuit, vous pouvez finir de découper le poivron. Et touillez de temps en temps avec la spatule en bois ou sinon ca va attacher. Vous aurez beau dire que ca donne un gout délicieusement caramélisé, ca sera dégueu quand meme.

Etape 3 : Ca se complique

Bon, y’a l’oignon qui cuit. Vous pouvez mettre les morceaux de poivron dans la casserole maintenant. Et touillez, merde, on n’est pas là pour faire les marioles : on cuisine (ou du moins on essaye). Baissez le feu de facon à ce que votre casserole reste sage pendant que vous préparez la suite.

La viande maintenant. Hachée, qu’elle est, la bidoche. Si elle est pas hachée vous pouvez pleurer ou le faire vous-meme, mais ca prendra plus longtemps et je ne suis pas absolument sur du résultat. Une fois que l’oignon et le poivron vous semblent cuits, rajoutez la viande par poignées dans les proportions suivantes : une poignée par personne, et environ quatre poignées pour faire un plat normal. Ca cuit bien. Rajoutez l’ail enlevé tout a l’heure, et regardez cuire avec satisfaction. EN TOUILLANT, bon sang !

Une fois que tous les petits morceaux de viande hachée ont changé de couleur (bruns au lieu de rouges ; s’ils sont noirs et sentent mauvais, jetez tout et reprenez depuis le début) vous devez enlever le jus, sinon ca sera trop gras. Prenez un bol ou tout autre récipient imperméable d’une main, la casserole de l’autre, l’égouttoir entre les dents et tentez d’enlever un peu de jus sans faire tout tomber a coté. Il en tombera fatalement a coté, mais votre chien est la pour s’en occuper (ou a défaut, l’autel de Moulynex qui vous récompensera surement de votre piété). Que faire du jus, me direz-vous ? Jetez-le dans l’evier, et tentez de le récupérer avant qu’il ne disparaisse dans le syphon car finalement ca boucherait la tuyauterie. Si c’est trop tard, faites couler de l’eau chaude. Sinon, il vaut mieux jeter le contenu du bol dans le jardin, ou a défaut par la fenetre de votre immeuble. Quelqu’un en aura surement l’usage.

Etape 4 : Le sauvetage du désespoir

Une fois égouttée (dans des proportions raisonnables, s’agit pas de tout assécher) remettez la préparation sur le feu. Prenez la farine, et saupoudrez délicatement. Frémissez d’horreur. Vous n’avez pas pris la farine, vous avez pris le sucre en poudre. Levez les bras au ciel et courez en cercle dans la cuisine en hurlant : Que faire, que faire ? Moulynex miséricordieux, viens a mon aide !

Prenez une spatule, une cuillere ou vos doigts et tentez de récupérer les morceaux contaminés par le sucre. Posez-les dans un récipient quelconque, en excluant cependant la gueule du chien ou l’autel de Moulynex. Une fois que vous avez tout récupéré, mettez les morceaux sucrés dans l’égouttoir et rincez-les abondamment sous l’eau chaude du robinet. Ebouillantez-vous et criez derechef. Une fois dessucrés, remettez les morceaux dans la préparation.

Ce coup-ci, prenez la farine. Saupoudrez délicatement, puis touillez comme un malade histoire de cacher le gout du sucre qui aurait pu rester dans la casserole. Le sauvetage est terminé, sauf si vous aviez vraiment mis trop de sucre. Dans ce dernier cas, jetez le tout et reprenez depuis le début, sans oublier un nouveau sacrifice rituel a Moulynex qui visiblement n’a pas apprécié le premier car vous semblez etre sous le coup d’une grave malédiction.

Etape 5 : On les aura !

A ce moment la vous devriez obtenir un mélange abscon et mystérieux qui glougloute au fond de la casserole et qui attache si vous ne touillez pas. Prenez le concentré de tomate, mettez-en une quantité raisonnable dans la mixture et re-touillez. Ouvrez la boite de tomates pelées. Cherchez l’ouvre-boite. Baissez le feu, trouvez l’ouvre-boite et attaquez-vous a la boite dans la joie et l’allégresse.

Il existe plusieurs modeles d’ouvre-boite. Celui que vous avez déniché entre sans doute dans l’une des catégories suivantes :

- Le modele dit classique : un bete bout de fer avec une sorte de croc pointu. Vous calez ca sur le couvercle et vous percez. Répétez le geste en faisant le tour de la boite jusqu'à ouverture complete de celle-ci. Si le couvercle tombe dans la boite, prenez une fourchette pour le récupérer ou vous allez encore vous couper.

- Le modele dit compliqué : en général, il s’agit d’un bidule éllaboré avec une sorte de vis a tourner, supposé vous faciliter l’ouverture. Un petit disque acéré s’occupe de découper le couvercle. Ce genre d’instrument est tres compliqué a mettre en place sans l’aide du manuel de l’utilisateur, mais une fois que vous y etes, ca doit marcher tout seul. Vous avez environ une chance sur deux pour ne pas le poser correctement a la premiere tentative.

- Le modele dit plutonien : alors la, y’a des trucs et des machins partout, des manettes, des manivelles, des bazars qui tournent et qui s’emboitent, et parfois c’est électrique. Les plus sauvages d’entre ces ignominies technologiques ne se contentent pas de découper le couvercle comme leurs confreres normaux, ils découpent carrément la boite elle-meme. Vous en méfier comme de la peste.

Apres avoir vaincu la boite de tomates, videz son contenu dans votre préparation qui aura surement brulé dans l’intervalle si vous avez tenté de comprendre comment vous servir d’un modele compliqué ou d’un modele plutonien.

Etape 6 : Le bout du tunnel n’est peut-etre pas si loin.

Fort de votre victoire sur la boite de tomates pelées, vous enchainerez sans probleme sur celle de haricots rouges. Ouvrez, constatez, écoeurez, videz le jus dans l’évier et versez les haricots égouttés dans votre mixture qui commence a prendre des tailles déraisonnables. Attendez un peu en récitant quelques prieres a Moulynex, ca lui fera plaisir et ca ne peut pas nuire. Vous pouvez maintenant vous attaquer au riz. Assurez-vous ce coup-ci que ce n’est pas de la semoule, ni des pates, ni de la lessive ni rien d’autre que du bon, vrai, franc riz bien de chez nous (enfin peut-etre pas, remarquez.) Si vous etes américanophobe, vous ne choisirez pas le riz Uncle Bens, qui pourtant est tres bon. Si vous n’avez que celui-la dans votre placard parce que ce n’est pas vous qui faites les courses, vous remettrez votre américanophobie a l’heure de la digestion.

Pour cuire le riz, c’est pas chinois : faites bouillir de l’eau dans une énieme casserole (vous etes a court de casseroles ? Lavez en une sale.). Salez, et mettez le riz dedans. Il faut compter environ une part de riz par personne. Approximatez la part, on n’est pas a ca pres, et il vaut mieux trop que pas assez.

Pendant ce temps calmez le jeu du coté de la premiere casserole. Le temps de cuisson du riz doit etre indiqué sur le paquet, sinon faudra gouter vous-meme jusqu'à ce que vous ne vous cassiez plus de dent en croquant les grains.

Etape 7 : Ze final battle

Une fois le riz cuit, le chili cuit et tout et tout, vous pouvez arreter le feu sous les casseroles, égoutter le riz et constater les dégats :

- Il y a trop de riz, ou :

- Il n’y a pas assez de riz, ou :

- Le riz est trop cuit, ou :

- Vous avez oublié de surveiller le chili, et il a brulé.

Dans tous les cas, vous etes parvenu au bout de votre repas. Réjouissez-vous, invitez des amis ou des ennemis selon le résultat de votre repas, donnez les restes au chien et inclinez-vous devant l’autel de Moulynex. Si vous survivez a ce repas, vous serez certainement prêt a en tenter un autre, ou a acheter un vrai livre de cuisine. C’est a vous de voir.

Il vous faut maintenant vous attaquer a la deuxieme partie du repas : la Réparation des dégats, et le rangement du bordel dans la cuisine. Certains feront ca sous la pression du chronometre, tentant de tout éponger, ranger, laver, éteindre et raccomoder avant que leur maman / compagne / autre forme d’autorité supérieure controlant habituellement la cuisine ne rentre a la maison. Bonne chance a tous.

koidi ?
marié à une juinette, il a fini jeune père...

Nombre de messages : 534
Localisation : Loin
Date d'inscription : 14/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chili con carne con riz

Message  sasseur le Lun 21 Nov 2005 - 13:03

Shocked Shocked Shocked
ahoué quand même!...

Mais à part la reflexion finale pseudo-macho-judéo-chrétienne sur qui contrôle la cuisine Suspect c'est hyper drôle!
Je cours m'acheter ce tablier :


sasseur
Priez pour elle

Nombre de messages : 825
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 13/09/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum